Voyage d’une Fraise et d’un St Nectaire


Moi et l’Homme, on adore les fromages qui puent.

En rentrant d’Auvergne, on a donc eu l’idée géniale de ramener du St Nectaire, directement tiré du pis de la vache et fermenté au fond d’une sombre arrière-cour du Puy de Dôme.

Imaginez-vous une ferme dans un Maigret, vous savez, celle avec le petit vieux voûté qui pousse une brouette grinçante (hiiii, tchk tchk… hiiii, tchk tchk…) et où vous sentez le regard pesant des femmes au fichu noir qui vous épient derrière les rideaux…
(Au passage, si j’étais l’inspecteur Barnaby, je me dirais qu’une salle d’affinage de fromages qui puent, c’est une super astuce pour camoufler l’odeur des cadavres de touristes dépouillés et enterrés sous la cave. Genre l’Auberge rouge… Moi, je dis ça, j’dis rien…)

Bon, enfin, contre toute attente, on en ressort vivants (je pense qu’ils ont reconnu en l’Homme un enfant du pays, sans quoi nos dépouilles participeraient à la chaîne alimentaire des moisissures), et les bras chargés de fromton. Chacun le sien, pour faire partager ce bonheur à nos collègues de bureau respectifs*

Et là, tu comprends pourquoi les personnes normales achètent leurs fromages au supermarché et pas dans des fermes du centre de la France. Parce que 6 heures à partager ta voiture avec un St Nectaire fermier, c’est long…

D’autant plus long que même arrivé, ça pue toujours : dans ta voiture, sur tes habits, tes cheveux, ta valise, dans toute ta maison… Pour vous dire, quand l’Homme ouvre le frigo dans la cuisine, je le sens depuis la chambre !!!

Mais le calvaire ne s’arrête pas là: le lendemain, il faut encore trouver le moyen de transporter la « chose » jusqu’au bureau! Un St Nectaire, c’est un peu comme un réacteur nucléaire: tu peux l’enfouir dans un sarcophage en titane, ça trouve toujours le moyen de fuir quelque part… Même suremballée dans 10 couches de sacs plastiques Auchan (le suremballage, c’est Mal, mais là, c’était Lui ou Moi), la Chose dégage une odeur fétide de chaussette périmée, qui me vaut les regards horrifiés des autres « usagés » de la SNCF , les petits veinards qui partagent mon wagon ce matin-là…

Une bonne fois pour toute, et je ne le répèterai pas : NON, je n’ai pas pété!

*contrairement à ce que vous pourriez imaginer, nous ne voulons pas de mal à nos compagnons de galère collègues de bureau, on pensait vraiment leur faire plaisir… C’est même eux qui avaient demandé…

Publicités
  1. #1 par Fof! le 06/05/2011 - 14:11

    Merci la fraise 😉 pour les fous rire derrière l’écran et surtout ces p’tits moments de bonheur à lire ces p’tits moments de grande solitude (le St Nectaire dans le train : je compatis…. ;-)) surtout après des matinées de boulot un peu pourries, il faut le dire, par des grosses prunes blettes (ben oui, c’est possible) … Pfffffffffffffffff

  2. #2 par ramenetafraise le 06/05/2011 - 14:27

    La Fraise à votre service, chère Fof !!! Toujours là pour écrire des bêtises qui font (sou)rire… Ce trajet en train m’a paru le plus long de toute ma vie. Le contrôleur m’a regardée comme si je trimbalais un cadavre dans mon sac et la sécurité a failli me passer en sas de décontamination…
    Qu’est-ce qu’on ferait pas pour une bonne boustifaille en bonne compagnie, tout de même… 😉

  1. La Fraise et le Société crème « ramenetafraise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :